CGSLB ULB vous souhaite la bienvenue

"Nous n'avons pas peur de discuter de tout y compris de ce qui fâche"

* 12-12-2016

"Votre avenir" !
Cher(e) Affilié(e),

Suite aux interventions syndicales et à notre rencontre avec le Président, Pierre Gurdjian, ce dernier a proposé de modifier la note mobilité en supprimant le point sur le coût des parkings.

Le Président a également appelé au dialogue et à la concertation afin de relever les nombreux défis que l'Université s'est lancés. Tels que : le projet métiers, la réforme RH et la mobilité multimodale.

Si le Président nous a écouté il ne nous a pas entendus car cette "nouvelle" note sur la mobilité est aussi inacceptable que la première version car elle imputera directement votre pouvoir d’achat.

La réforme RH est d’une toute autre importance. Elle va profondément changer les conditions actuelles d’octroi des promotions et donc les perspectives de votre carrière.

La CGSLB-ULB continuera à se mettre autour de la table afin de défendre vos intérêts et vos acquis.

Pour mieux vous défendre, nous sommes prêts à vous informer et à recueillir vos avis.

"Nous n'avons pas peur de discuter de tout y compris de ce qui fâche"

 

* 07-12-2016

Nous y étions:

Journée intersyndicale sur les plans de diversité à Bruxelles
Explications ô combien nécessaires, car trop peu de travailleurs sont encore au courant du plan diversité que leur entreprise peut mettre en place pour lutter contre les discriminations (origine, sexe, âge, handicap...) sur le lieu de travail.
Enjeu : profiter de la diversité pour mieux affronter la complexité de la société.

La Cellule intersyndicale diversité et ses missions: DIVERSITIES.BRUSSELS


*23-11-2016

Le stationnement sera-t-il bientôt payant sur les quatre campus de l'Université Libre de Bruxelles?

Interview de Michel Fridman, Président de la CGSLB ULB

Une note qui va dans ce sens circule. Elle évoque un montant de 100 euros par mois pour une place de parking. Les syndicats s'indignent. L'ULB gère sur ses campus plus de 2300 places de stationnement, gratuites pour les membres du personnel.

L'université veut repenser en profondeur la question des déplacements domicile-travail pour introduire plus de flexibilité entre les différents modes de transport dans l'optique d'une politique de mobilité durable. Faire payer le stationnement fait partie des options envisagées. Pour Michel Friedmann, permanent du syndicat libéral CGSLB, il n'en est pas question. "Mais de toute façon pour nous, même si on est prêt à accepter la multi modalité et à débloquer des lignes budgétaires pour que les gens qui choisissent d’autres moyens de transport que la voiture puissent être défrayés, ça nous semble normal. Par contre, il nous semble tout à fait anormal que les agents de l’université, qui n’ont pas d’autres solutions que de venir en voiture, devraient payer les emplacements de parking."

Pour l'ULB, la nouvelle politique sera globalement plus favorable pour le personnel. Pas question, en tout cas, de pénaliser le travailleur venant de loin et qui n'a pas d'autres alternatives que la voiture. "On arrive avec une notion de gestion et de budgets de mobilité qui est une notion novatrice pour la mobilité à l’ULB. Donc tout ça va se réfléchir et le parking sera peut-être payant mais il sera compensé par son budget de mobilité en tout cas en grande partie", explique Alexandra Demoustiez, auteure de l'étude.

L'ensemble de la note doit encore faire l'objet de négociations pendant un an avant que la nouvelle politique soit d'application.

Philippe Carlot RTBF / photo 'L'actu en continu'

*26-10-2016

Nous y etions:

Racism, Game Over

Présentation des travaux de recherches de Nouria Ouali (ULB), Centre de Migration et le professeur Albert Martens (KUL).

Dans le cadre de la campagne « Racism, Game Over », La CGSLB, la FGTB et la CSC ont réalisé une enquête auprès des délégués syndicaux à Bruxelles début 2016. Les résultats sont frappants. Certains délégués ont déjà été témoin de déclarations racistes au travail.

Pour que Bruxelles devienne une Région sans racisme, nous avons, en tant que syndicalistes, un rôle important à jouer. Ensemble, au-delà des barrières syndicales, nous devons rassembler nos forces pour faire de Bruxelles une ville où il fait bon vivre et travailler, où tout le monde a sa place, où les droits fondamentaux – individuels ou collectifs – de chacun sont respectés.

Nous y avons parcourus les résultats les plus frappants de l’enquête et nous nous sommes penchés sur un plan d’action contre le racisme au travail.

Article de presse du 27-10-2016:

*15-10-2017

*29/09/2016

29/09/2016, CGSLB ULB nous y étions !

*9/09/2016

*29 /08/2016

Manifestation du 29 septembre 2016.

Le gouvernement Michel fête ses 2 ans et il n'y a vraiment pas de quoi s'en réjouir. Factures plus élevées, protection sociale réduite, travailler plus et plus longtemps pour moins et de manière toujours plus flexible. Distribution de cadeaux aux grosses fortunes et aux entreprises. Nous voulons une autre politique, une politique plus juste, honnête et équilibrée, respectueuse des travailleurs.

Pourtant, il existe des alternatives. Les employeurs et Ie gouvernement doivent prendre de vrais engagements !

*14/07/2016

Les mesures anti-sociales de Michel I justifient notre participation à la manifestation nationale du 29 septembre.
14/07/2016 - 11h

Le Comité national de la CGSLB s’est réuni hier pour discuter de la liste des mesures anti-sociales prises par le gouvernement Michel (allocations, pensions, RCC, crédit-temps…). On a aussi souligné les diverses améliorations et corrections obtenues par les syndicats au sein de la concertation sociale. Le dernier exemple en date concerne une des mesures du plan du ministre Peeters. Les organisations syndicales ont proposé au sein du groupe des 10 la possibilité de négocier l’annualisation du temps de travail au niveau des secteurs, là où aucun règlement sectoriel n’est encore prévu en la matière.

En matière de pensions également, les mesures envisagées par le ministre Bacquelaine vont à l'encontre de la lutte contre la pauvreté, raison pour laquelle le ministre se montre pour l’instant extrêmement prudent.

La CGSLB prendra part à la manifestation du 29 septembre. En effet, il y a suffisamment d’éléments négatifs sur la table pour justifier notre participation, et de plus, ce sera le deuxième anniversaire du gouvernement Michel. N’oublions pas non plus les mesures régionales, aussi anti-sociales (allocations familiales, eau, énergie…), qui poussent les gouvernements régionaux à aller prendre l’argent dans les poches des travailleurs et des allocataires sociaux.

Par ailleurs, le Comité national du 2 septembre où une décision concernant notre participation à la grève en octobre aurait dû être prise, n’aura pas lieu. Nous n’aurons pas encore assez d’informations sur les mesures gouvernementales envisagées dans le cadre du budget 2017. La CGSLB a toutefois déjà fait savoir au gouvernement que les travailleurs et les allocataires sociaux ne pouvaient pas une nouvelle fois en être les victimes. De cette manière, le Syndicat libéral a envoyé un avertissement clair au gouvernement fédéral lors du Comité national de ce 13 juillet.


 

 

Mensuel du Syndicat Liberal Librement

Nouveaux élus, besoins

de formations ? ICI

Manuel du travailleur: ICI

Email à la communauté ICI

Note GT gouvernance RH ICI

Plan stratégique de l'Administration Générale de ULB - Un projet ambitieux... l'envers du décor! ICI

Historique de la CGSLB ICI