GERME Groupe d'études sur l'Ethnicité, le Racisme, les Migrations et l'Exclusion
Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles

home page - GERME

présentation du centre

projets de recherche

chercheurs

publications

documents en ligne

contact

liens utiles

 


Ralitza Soultanova

CP : 124

Tél : +32-2-650.40.55

Fax : +32-2-650.46.59

Email : rsoultan at ulb.ac.be

Statut: Chercheuse

recherches en cours

 

Les nouvelles migrations européennes. Le cas de l’émigration de Bulgarie après 1989.

 

publications

R. Soultanova, Les migrations multiples de la population bulgare, actes du colloque, La France et les migrants des Balkans : un état des lieux, 20 janvier 2005, Paris, Courrier des Balkans, document en ligne

Julien Laflaquiere, Sylvie Gangloff, Claire Scopsi, Thomas Guignard, Ralitza Soultanova, Monika Salzbruun, Virginie Beaujouan et Dana Diminescu (2005), Archiver le web sur les migrations : quelles approches techniques et scientifiques – rapport d’étape, Migrance, n°23, p. 72-93 

R. Soultanova, Le transnationalisme comme approche de l'étude de l'expérience post migratoire des migrants, IN: Vivre là bas, rêver ici. Les processus migratoires au début du XXIe siècle. ed. M. Karamihova, International Center for Minority Studies and Intercultural Relations, Sofia, 2003, р.268-291. (en bulgare) Ралица Султанова, Транснационализмът като подход при изучаването на постмиграционният опит на мигрантите, В: Да живееш там да се сънуваш тук. Емиграционни процеси в началото на XXI век, M. Карамихова (със.), международен център за изследване на малцинствата и културните взаимодествия, София, 2003, стр.268-291. 

R. Soultanova, Les mutations du système scolaire bulgare entre 1989 et 2000, Transitions, vol. XLII, 2001, n°1, p.133-152, document en ligne

 

retour à chercheurs

 

recherches en cours :

 

Les nouvelles migrations européennes. Le cas de l’émigration de Bulgarie après 1989.

recherche de doctorat

Depuis plusieurs années, les mouvements migratoires ont connu une expansion et une diversification considérables. En effet, les flux migratoires touchent de plus en plus de personnes et des zones de plus en plus vastes de la planète. De plus, une diversification des zones de départ et de celles d’arrivée se développe. Si certains pays classiquement, Etats d’immigration, continuent à attirer des migrants, de nouveaux pays deviennent des pôles d’attraction. L’augmentation des flux migratoires démontre que la migration constitue un effet et un révélateur de la globalisation. Outre, les changements de volumes et des lieux de départ et d’installation, les mouvements migratoires eux-mêmes changent de forme (par exemple, la durée de la migration); à l’installation permanente ou provisoire, s’ajoutent des migrations de courte durée ou circulaires.  

Dans la recherche nous analysons  les «  nouveaux phénomènes migratoires » dans un contexte local et global. L’influence de la globalisation sur les mouvements migratoires est étudiée ainsi que les nouvelles formes migratoires, notamment le remplacement des migrations définitives par des mouvements temporaires ou cycliques. Dans le cadre de l’étude proposée, nous examinerons ces nouveaux modèles et nous testerons leur validité en prenant pour objet l’espace migratoire de l’Europe centrale et orientale et en étudiant le cas spécifique de la Bulgarie. Pour ce faire, nous nous proposons de réaliser une étude de terrain dans une optique qualitative. En effet, attribuant une grande importance aux rôles, comme moyen et comme cause, que jouent les intermédiaires (financiers ou non) et le capital social (famille, ami, association, etc.) dans l’émigration, le projet de thèse confrontera les théories sur les mouvements migratoires actuels à une étude empirique qui prendra pour objet les trajectoires migratoires d’un certain nombre de personnes quittant l’Europe centrale, et en particulier, la Bulgarie, pour s’installer, de manière provisoire ou permanente, selon ou non un modèle de circularité, dans des centres urbains en l’Europe du Nord-Ouest.

Cette étude empirique suit donc une cohorte de migrants des pays de départ jusqu’au pays d’arrivée, et prend ainsi, la migration dans sa double facette d’émigration et d’immigration. C’est pourquoi l’étude débute en Bulgarie. En suivant les processus d’émigration à partir de ce pays, elle nous permettra de contribuer au renouveau du paradigme migratoire actuel. L’originalité du projet repose sur le choix méthodologique. Avec cette recherche, nous voulons identifier et analyser les facteurs qui déterminent les migrations internationales. Selon notre hypothèse de travail, l’identification des facteurs d’incitation et de perpétuation des mouvements migratoires n’est possible qu’à travers une analyse multifactorielle, car aucun facteur pris isolément, ne peut fournir une image complète des mouvements migratoires et de leurs causes.

 

 

 

 

dernière mise à jour 27/01/06

webmaster